Journal 1996-2000 Nicolas Lehoux

Extrait de Journal 1996-2000, Long et méthodique dérèglement de mes sens

.

Hier, Jean-François est venu pratiquer toute la soirée. Il est chanteur et semble inspiré par ma musique. J’ai l’impression que notre association va aboutir à quelque chose si chacun de nous y met du sien. Travailler avec Turgeon fut très plaisant, comparé avec J-F ça sera vraiment plaisant.

J’ai noté une pointe de jalousie dans l’attitude de Fred hier soir. Il s’est incrusté entre nous. Que faire? Laisser aller les évènements sans chercher à les diriger ou mettre carrément Fred en dehors de nos chansons?

Je laisse le bénéfice du doute à Fred. S’il est vraiment inspiré il va composer, comme Jean-François a l’intention de faire cette semaine. Le problème avec Fred c’est sa personnalité en contradiction avec les compos que j’ai déjà faites. Jean-François semble être sur la même longueur d’onde que moi. J’ai hâte de connaître les développements. J’ai adoré l’expérience de jouer avec un chanteur. Je vais en devenir addict rapidement. Je le sens.

J’ai hâte que tout soit réglé pour l’aide social (BS). On décide encore pour moi. Je suis impuissant devant cette grosse machine. J’ai l’impression d’être un petit bouchon que l’on déplace, qui reçoit de gigantesque vague en pleine gueule. Toute cette merde à cause d’une erreur de calcul de mes crédits à l’université. Tout est bousillé en une seconde. Mes projets pour les prochains six mois sont à l’eau.

Quelle angoisse d’avoir à attendre que d’autres décident de la vie que je vais mener à partir de cette semaine. Et quelle merde d’avoir mon père qui doit payer pour mes erreurs, merde. Au moins je n’ai pas de dette. C’est déjà ça. Je suis tellement bien sans travail. Shit que la vie est chiante. Je suis tanné d’attendre ma liberté. J’ai tant attendu. Quand je lui touche enfin, bang, on me l’enlève. Je n’ai pas grand choix que d’attendre patiemment, d’accumuler ma rage de libération. J’en ai marre de me conformer, je n’entre pas très bien dans le moule, ce qui me rend la situation assez inconfortable.

Travailler, travailler. Quelle merde! Quelle perte de temps! Quel asservissement à quelqu’un!

Ma révolte s’accumule. Je n’ai que peu d’inspiration ces temps-ci. Le bateau est arrêté, le lac trop calme. N’est-ce pas génial de ne plus dépendre des gens, d’avoir son temps, d’accumuler des informations, des sensations?

L’automne s’étiole tranquillement amenant à sa remorque l’hiver. Cet hiver que j’anticipe avec désapprobation. Mon impossibilité d’utiliser les transports en commun pourra éventuellement causer des problèmes.

Je suis par contre en pleine forme, la nécessité oblige que je marche beaucoup et fasse beaucoup de bicycle. Je n’ai plus de bedaine. Faut dire que les excès ne me sont pas permis.

J’aime cet état de strict minimum. De toute façon je n’ai pas vraiment besoin de tout ce surplus pour être heureux et bien dans ma peau. De la bouffe, du papier, des crayons, du temps, des amis, voilà l’essence de la vie. Le reste est superflu. N’en demeure pas moins que j’apprécie ce luxe lorsqu’il est présent, son absence ne me cause pas préjudice, au contraire, j’ai tout le loisir de me faire face.

De plus, je suis entouré d’amis qui possèdent du surplus et m’en font grâce. Antoine, Véronique, etc., tous ont pitié de moi. Ils ne devraient pas. Ils me font consommer et bouffer. Eux-mêmes ne peuvent se passer de cet enrobage de la vie et cherchent à entraîner les autres avec eux pour ne pas se sentir seuls. J’apprécie tout de même et ils conserveront une place dans mon cœur.

Jamais auparavant je n’ai senti mon rêve si présent, si tangible. Tout dépend de moi, de mon travail. Tout est entre mes mains. Mon destin m’appartient. Je le formerai à ma main. Confiance absolue voilà le point. Croyance extraordinaire en moi-même, en mes capacités d’artiste. L’espoir est ma planche de salut. Une telle rage de vaincre m’habite; le secret du succès, sa clé. Canalisation de cette rage tourbillonnante. Chasseur de vérité.

.

Extrait de Journal 1996-2000, Long et méthodique dérèglement de mes sens

FacebookYoutubeInstagramlinkedin

©2022 Nicolas Lehoux | Tous droits réservés | Création du site StudioNico.biz

 

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?