Ce traité magistral qui couronne l’oeuvre du philosophe André Moreau voit son éditeur si craintif qu’il n’en a seulement imprimé 100 copies. J’ai sauté sur l’occasion pour me le procurer, sachant que ce livre dangereux pour l’appareil manipulateur ploutocratique allait me donner des arguments solides pour affirmer ma propre pensée. Heureusement, voilà que depuis peu l’Antipolitique est enfin disponible en e-book sur Amazon Kindle.

L’Antipolitique s’inscrit dans une tendance bien vivante. Depuis quelques années plusieurs documentaires ont abordé ce sujet (Zeitgeist, Thrive); des groupes anti-ordre-mondial se lèvent un peu partout (Anonymous, Occupy); des penseurs tels qu’Étienne Chouard, David Icke et Guylaine Lanctôt osent dire tout haut ce qu’ils pensent du système politique corrompu; bref, être antipolitique est dans l’air du temps et pourrait bien devenir la norme dans un avenir prochain.

Personnellement, je n’ai jamais cru à la politique. J’ai voté une fois à l’âge de 18 ans et, ayant trouvé ce geste d’une absurdité monstrueuse, j’ai décidé de ne plus jamais voter de ma vie. Je compris très jeune que si voter changeait quelque chose voter serait interdit.

J’ai toujours senti une aversion profonde envers les politiciens et leurs mensonges si peu subtils. Mon intuition m’a fait sentir très tôt qu’ils ne sont pas les amis de mon essence, qu’ils n’ont pas à cœur l’harmonie du monde dans lequel je vis et, qu’en bout de ligne, ils sont les ennemis de la liberté qui m’est si chère. Ma rencontre avec le Jovialisme à l’âge de 32 ans vint confirmer mes idées à ce sujet en me mettant en contact avec une pensée qui va dans le même sens que la mienne.

Malheureusement, les mouvements antipolitiques qui fleurissent partout me font l’effet d’une poule sans tête qui tourne en rond avant de s’effondrer. Le philosophe André Moreau nous offre une œuvre qui peut servir à harnacher concrètement ce rejet systématique de l’appareil manipulateur ploutocratique en l’intégrant à un niveau supérieur. Le Jovialisme est un système profond qui donne une direction claire à ce mouvement de ras le bol. Alors mes amis, tous ensemble pensons en cœur: «Non merci!»

Antipolitique d’André Moreau enfin disponible.

ACHETER ANTIPOLITQUE SUR AMAZON KINDLE : Amazon.fr | Amazon.ca

Andre-moreau-antipolitique

 

Citations de l’Antipolitique d’André Moreau

Si les citoyens, au lieu de bomber le torse parce qu’ils ont gagné leurs élections s’arrangeaient pour ne plus jamais voter, la machine qui les exploite s’enrayerait et ne cesserait de se délabrer avec le temps.

Si plus personne ne se rend voter, ne finance la caisse des partis, n’obtempère lorsque la police, les édiles, l’armée donnent un ordre, tout s’écroulera.

Tous les directeurs de banque, les politiciens, les grands ecclésiastiques sont des emmerdeurs de première qui visent à spolier les citoyens de leurs droits et de leurs avoirs.

L’université, qui est une fabrique de monstres, n’est qu’un levier de la mafia qui mène le monde.

Si les journaliste se veulent aussi honnête qu’ils le disent, qu’ils renoncent à leur salaire pour se mettre au service de la vérité. Ainsi, on ne pourra plus les influencer.

Il faut fermer les usines et toutes les universités qui ne sont que des écoles du crime où les futurs prédateurs de l’humanité apprennent à exploiter leurs semblables.

On ne peut plus faire confiance à la presse, les citoyens manipulés par la désinformation ne sont plus en état de voter.

Pour devenir politicien, il faut être bon comédien, menteur sincère, détrousseur de cadavre et un raté, car vous savez très bien qu’on se lance en politique parce qu’on a échoué partout.

Résister! Voilà le fin mot qui doit caractériser notre attitude face au crédit, à l’impôt, aux taxes, aux exigence procédurières des institutions.

Nous n’avons pas à lutter contre les bandits qui cherchent à imposer leurs règles à la société. Nous n’avons qu’à leur dire : «Non, merci!»

L’État est une catastrophe, son existence elle-même est une entrave au libre développement des citoyens et un poids injustifiable sur le dos des contribuables.

Les politiciens, les banquiers ne sont rien d’autre que des parasites qui siphonnent les richesses de leur milieu, sous prétexte qu’ils incarnent des valeurs nécessaires.

Le rôle des médias est de servir l’idéologie souveraine de l’argent.

Ce que l’on appelle le Nouvel Ordre Mondial n’est rien d’autre que l’exercice d’un appareil de servitude qui transforme les citoyens en esclaves.

ACHETER L’ANTIPOLITIQUE SUR AMAZON KINDLE : Amazon.fr | Amazon.ca

FacebookYoutubeInstagramlinkedin

©2020 Nicolas Lehoux | Tous droits réservés | Création du site StudioNico.biz

 

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?