Mon cerveau est un gros biordinateur. Je suis l’auto-métaprogrammeur dans ce biordinateur. Le cerveau est logé dans le corps. Le mental est le software de l’ordinateur.
– John C. Lilly

Il serait bénéfique que dès l’enfance on nous habitue à jouir des psychédéliques. Ça nous empêcherait de nous réveiller au début de la vie adulte – pour les plus intuitifs – et d’avoir à nous reprogrammer parce que nous avons laissé les autres nous programmer à notre place pendant tant d’années. Alors que notre système nerveux était encore ouvert et non-conditionné, nous aurions pu en goûter de petites doses lors de cérémonies communautaires conduites par des adultes. Nous aurions accédé en leur compagnie à la réalité subtile et au sacré en toute sécurité. Ainsi nous sentirions-nous partie intégrante de la communauté et l’émergence spirituelle pourrait se faire en douceur. C’est comme ça que procède la majorité des cultures indigènes qui utilisent encore les psychédéliques aujourd’hui et pour qui la cérémonie est une grande occasion de fête et de guérison. Ils y reçoivent alors des visions qui les guident et les rendent meilleurs.

Les psychédéliques ont renforcé en moi le désir de questionner l’autorité et de penser par moi-même, car ils m’offrent un moyen simple de faire un retour sur moi-même permettant de me voir plus clairement et sans distorsion. Ils désactivent donc les programmes mentaux assez longtemps pour que je puisse accéder aux métaprogrammes et les changer consciemment. La métaprogrammation est l’écriture de programmes qui manipulent des données décrivant des programmes (autres ou eux-mêmes). J’ai pu ainsi me changer, me recréer, directement à partir de ma psyché afin de rester près de mon être. Ma psyché a en effet son propre agenda basé sur des événements psychiques très subtils qui ne tiennent pas nécessairement compte des restrictions imposées par la morale, la société de consommation et les liens émotionnels. Cet aspect de mon être n’est pas préoccupé par la compétition, l’économie, l’agenda des politiciens et par tout ce qui a une finalité.

«Le cerveau, écrit Timothy Leary, n’est pas une machine réactive et aveugle, mais un biordinateur complexe et sensible que nous pouvons programmer. Et si nous ne prenons pas la responsabilité de le programmer, il sera alors programmé involontairement par accident ou par l’environnement social.» Or, il y avait trop de programmes en moi qui n’étaient pas complètement les miens et cela m’empêchait de m’épanouir. Je me révoltai donc contre ce fait et je décidai de me reprogrammer à mon goût, en comprenant qu’un mélange de méditation et d’expériences psychédéliques allaient faciliter le processus.

Maitre Psychédélique

JOIGNEZ VOUS AU MAÎTRE PSYCHÉDÉLIQUE SUR FACEBOOK

Groupe francophone
Groupe Anglophone

FacebookYoutubeInstagramlinkedin

©2022 Nicolas Lehoux | Tous droits réservés | Création du site StudioNico.biz

 

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?